2008-06-27 | Débats de Souverains, Rencontres, 2006 à 2010, Audios

Les Souveraines d'Oukacha font du théâtre

Quand une prison pour femmes au Maroc devient théâtre!

Les Souveraines d'Oukacha font du théâtre

Prison pour femmes à Casablanca

19 Juin 2009

Un an après la visite de Saïda Fikri chez les Souveraines d'oukacha, voici une deuxième émission réalisée sur le thème de l'avenir et de l'espoir avec la participation de Nadia, Saïda, Fatna, Latifa, Fatim Zahra, Samia, Wahiba, Naïma et d'autres femmes détenus du Centre Oukacha.

Cette rencontre a eu lieu vendredi 19 juin 2009. Elle s'est déroulée dans une ambiance de fête, de joie, d'humour et de musique.

Cette deuxième expérience radiophonique a été rendue possible avec la collaboration de la Fondation Mohammed VI pour la réinsertion des détenus. Née en 2002, la Fondation a pour mission l'humanisation des centres de détentions marocains en établissant des programmes éducatifs, socio-culturels et de formation professionnelle. Le Roi Mohammed VI, qui est aussi le Président du Conseil d'administration de la Fondation, en sept ans, il s'est rendu plus de 30 fois à plusieurs centres de détention à travers le Maroc pour inaugurer différents programmes de réinsertion.

Chacune des femmes présentes à cette deuxième émission possède un métier qu'elle a appris dans le cadre d'une formation professionnelle à Oukacha. Chacune d'elles quittera le centre de détention avec un ou plusieurs diplômes. Elles seront cuisinières, coiffeuses esthéticiennes ou couturières.

Au Maroc, la réinsertion sociale des personnes incarcérées est une nouvelle culture qui se développe dans un esprit de respect des droits humains. Tranquillement mais sûrement.

Dans cette deuxième rencontre, les Souveraines d'Oukacha ont démontré, en réflexion et en création, de quoi sont elles capables. Devant le micro c'est à toute la société que leur parole s'adresse.

Quelque soit la durée de leurs sentences, ces femmes ne sont que de passage en prison..

Leur avenir est aussi un peu le nôtre.

Un Merci spécial à Oussama Benseddik pour sa précieuse collaboration et sa participation à ce projet.

Plus de contenus